Récits de vols... Propositions de ballades ou voyages... Bonne lecture!


Jeudi 7 Août 2014:  Un raid de 65km qui finit au cimetière!

Vacances dans le Sud, évidemment j'avais emporté parapente et paramoteur...


Déco: Coup de main de mon frangin



Déco: Chauffe moteur


J'avais prévu pour jeudi un vol en paramoteur de 95km depuis la Montagne Noire (au-dessus de Castelnaudary) et jusqu'à la mer méditerranée (vers Gruissan), un bivouac sur la plage, et un retour vendredi à l'aube après avoir fait le plein dans une station essence du littoral....


Soit 190km au total, qui étaient censés se faire facilement puisque la météo prévoyait un vent de NO pour me pousser vers la mer le jour du départ, et un vent d'Autan (vent marin de l'Est) pour me ramener facilement le lendemain.


Je prépare le vol rapidement sur mon ordinateur: sur google Earth on peut afficher les zones aéronautiques à éviter. J'affiche la CTR de Carcassonne et les couloirs des avions à réaction de l'armée. Les couloirs sont inactifs sur mes créneaux horaires ces jours-là, parfait. Reste la CTR à contourner: je place quelques balises autour, il suffira de les suivre en vol au GPS.


Je ne prendrais pas le "tableau de bord lecteur de cartes papier" que j'accroche habituellement en position ventrale, mais juste le GPS: j'ai trop de matériel à embarquer (matelas pneumatique pour la nuit, petit casse croûte pour le diner, eau, brosse à dent, huile moteur, vêtements de rechange...). Dommage car j'aime bien comparer une bonne carte Michelin au paysage que je survole, c'est intéressant...


Agitation à 19h30 sur les flancs de la Montagne Noire, à 400m d'altitude: décollage improvisé et sportif (c'est lourd sur le dos 10 litres d'essence et tout le matériel) en sautillant au-dessus des andains de paille d'un blé fraîchement moissonné et c'est parti pour (en principe!) environ 2 heures de vol et un posé sur la plage, yahooo!


Problème: le vent est en réalité NO 15 km/h, cette Tramontane passe en biais par-dessus la Montagne Noire et me voilà dans une masse d'air assez descendante qui demande pas mal d'effort au moteur... donc de carburant! En effet j'ai 5800 t/mn en palier avec ma Smart24 et mon M3 de l'école, au lieu de 4800 en air calme. Rien ne dit que j'arriverai à la station essence que j'ai repérée sur Google Earth en bord de mer...


La montagne est assez arrondie heureusement, et donc les turbulences sous le vent sont relativement douces, et puis je reste assez haut: le vol est serein et me permet de faire quelques photos.


Je survole des sites connus: mine d'uranium désaffectée de Salsigne, Chateaux de Lastours, villages typiques de la Montagne Noire et du Carcassès (la région de Carcassonne).


Ma vitesse/sol est assez stable à 55/60kmh d'après mon Flymaster. Bien que connaissant suffisamment bien la région pour me repérer tout seul facilement, je suis aveuglément mon GPS d'une balise à l'autre pour éviter la CTR de l'aéroport de Carcassonne.


La Smart 24 de l'école



Montagne Noire très verte en cette année pluvieuse!



Forêts immenses...


Sur les hauteur de la Montagne Noire les éoliennes, de plus en plus nombreuses, tournent tout de même assez fort! Et je me rapproche peu à peu du Pic de Nore, qui culmine à 1230m: le relief monte, et en altitude le vent aussi... Toute cette masse d'air descendante s'engouffre dans le couloir délimité par les Corbières (au sud) et la Montagne Noire (au nord), elle s'accélère par effet venturi et déboule très fort dans la région de Narbonne et sur le littoral: l'étang de Bages est un site de windsurf et kitesurf très connu en Europe... ça ne m'arrange pas!


Obliquant SE vers la plaine qui est ici un couloir de 20km de large je survole pas mal d'éoliennes et je les vois s'agiter de plus en plus au fur et à mesure que je me rapproche de la mer... un peu inquiétant: vais-je devoir me poser en marche arrière les pieds dans l'eau?!


En écoute sur la fréquence FFVL 143,9875mhz (car je surveillais le vent grâce aux annonces vocales automatiques des balises des sites de parapente de la région) je suis interpellé à la radio  par un sympathique pilote de paramoteur local qui m'aperçoit alors que je survole son village de Castelnau d'Aude: j'en profite pour lui demander de me chercher les valeurs du vent au sol sur le littoral, et il me rassure: ce n'est pas si fort et la tendance est à la baisse.


Mais nous sommes brutalement interrompus dans la conversation: panne moteur! Fichtre... hyper-rare avec ces moteurs Tiger, qu'est-ce qu'il se passe? J'arrive au-dessus de Lézignan, ville adossée sous le vent d'une colline farcie d'éoliennes. Elles tournoient, mais pas si fort que cela finalement... je ne descend tout de même pas me poser derrière, à cause des formidables turbulence qu' engendrent ces mixeurs, je me décale plutôt vers une belle parcelle que j'aperçois juste à coté du cimetière de la ville. Posé très doux avec un arrondi parfait de ma Smart (Nb: détrimée de 5cm).


Examen du moteur: l'hélice tourne, mais je sens un point dur comme si une bille de roulement était ovale quelque part dans ses entrailles. Roulements de bielle? de vilebrequin? On verra... en attendant, après ce vol de 70km, je suis là comme un con (comme on dit à Toulouse), il est 21h et il ne me reste plus qu'à appeler Christine pour une récupération de trois heures de route...


Je lui donne rendez-vous devant le magnifique cimetière au portique imposant et aux cyprès majestueux. Allongé discrètement avec tout mon matériel derrière une haie de la cour d'entrée  je contemple le ciel qui s'assombrit. Les cyprès perdent graduellement leur couleur et se transforment en silhouettes sombres et effilées -plates, comme découpées du Canson noir- derrière la grille imposante du portail. Puis la lune se lève, les cyprès pâlement éclairés reprennent texture et volume, les ombres sélènes des croix s'allongent sur les caveaux... drôle d'ambiance!


Dans cette "nuit immense et noire aux déchirures blondes" (comme disait le poète Aragon) je me relaxe, je respire les odeurs de résine qu'exhale la végétation méditerranéenne, j'observe les points lumineux des satellites filer dans l'infini, ... c'est les vacances!

JF





Epilogue: Le lendemain, démontage complet du moteur...

La culasse porte des traces d'impacts violents qui ne laissent aucun doute: des éléments métalliques se sont dispersés dans le moteur. Le cylindre par chance est intact. Le piston n'a aucune trace de serrage (ces moteurs Simonini 160 ne serrent jamais!) mais il est ravagé: il a mangé des débris métalliques. Quels débris? Ceux du roulement de pied de bielle, coté piston: il est en morceaux! 

Après environ 400 heures de bons et loyaux services en 8 ans d'utilisation, on ne peut pas vraiment lui en vouloir... Je suis bon pour une culasse, un roulement, un piston avec son axe et ses segments, soit 300€ de pièces environ. J'aurais fait des économies en changeant à titre préventif le roulement de pied de bielle au bout de 150 heures...!



Dimanche 05 Mai 2013:  80km de rando aérienne vers Fresnes en Saulnois

Randonnée aérienne dimanche 05 Mai 2013 vers Delme au barbecue du club ULM de Fresnes-en- Saulnois : 


Décollage à 9h15 pour deux bonnes heures de vol dans une atmosphère fraîche et ensoleillée, beaucoup de thermiques dès 10h.


A un moment donné moteur coupé j'ai pu enrouler pour faire un gain de 300m jusqu'à 850m QNH.


Accueil sympathique des pilotes de Fresnes, repas convivial sur une grande table devant le hangar, l'occasion de retrouver avec plaisir de nombreux visages connus...


Trace Google Earth ci-dessous:



J'ai (très légèrement...) "frôlé" la CTR de MNL d'après le GPS et selon la position de la CTR sur Google Earth (ils peuvent se tromper...).


On voit aussi le cercle rouge en haut de la LFP39CATTENOM, et à droite la CTRSARREBUCK.

On peut afficher toutes les zones qu'on veut, faire son parcours en fonction avec deux ou trois balises, injecter tout ça dans le GPS et puis on n'a plus qu'à suivre la flèche durant le vol. Si vous avez Google Earth installé sur votre ordinateur vous pourrez voir ma trace ici.

Mais j'avais pris aussi un fond de carte topo 1/75000 Michelin (voir photo ci-dessus) ou j'avais reporté la CTR: ça permet de suivre son vol en le comparant au paysage.

C'est distrayant et c'est de la "vraie" navigation. Alors le GPS sert uniquement de secours si on se perd ou pour avertir  quand on viole une CTR ou autre zone interdite ou réglementée (sirène type police USA, ça réveille!).

Au retour on a le plaisir, un jour de pluie, de vérifier sa trace en l'éditant dans Google Earth, tout cela démultiplie le plaisir de voler, finalement...

J'utilise (et distribue) le  FLYMASTER GPS qui fait aussi altimètre (pression) variomètre, chronomètre, thermomètre, calculateur de finesse, estime le vent (force et direction), visualise les zones aéro, etc... etc... tout ça pour 395€. Sur le coté un petit robinet permet d'avoir du café chaud en vol.

JF



Effet de Foëhn à Kanfen: Vol d'onde en paramoteur! (Pour lire le récit cliquer sur la photo).


Vol de 220km d'une seule traite en paramoteur ! :

Ballade aérienne 220km en pays cathare (Pour lire le récit cliquer sur la photo).



Calendrier des balades paramoteur/parapente prévues en 2016: 

Faites des propositions sur la page Forum !